22 juillet 2013

Travailler le dimanche soir, une vraie chance !

0

Dimanche soir, j’ai eu la chance travailler. Certains se diront surement, un dimanche soir, c’est une malchance, pas une chance. Eux, n’ont jamais été invités au restaurant Les Labours de l’Hôtel La Ferme pour accompagner des journalistes coréens , parce que manger au Labours c’est le genre de souper dont on rêve encore une semaine après ! Et dimanche soir, je n’ai pas été déçu.

Accompagnant la télévision coréenne, au Canada pour le tournage d’une émission touristique culturelle, j’ai pu déguster un menu conçu spécialement pour nous par le chef David Forbes. David est un chef fier, aucune négligence n’est acceptée en cuisine, chaque plat est plus exquis l’un que l’autre, chaud et les aliments sont d’une fraicheur exemplaire, les jardins à l’Hôtel et les partenariats avec les producteurs de la région aident pour cet aspect !

Pour débuter, on nous apporte un cigare au chou réinventé avec du crabe à l’intérieur. Le tout était servi sur une petite purée de carottes légèrement sucrée qui se mariait à merveille avec la laitue croquante du cigare. Une entrée qui ouvre l’appétit, parfaite pour commencer un souper 4 services comme celui que nous avons dégusté !

Par la suite, David Forbes a fait le bonheur des journalistes et producteurs coréens en servant un plat de homard. Il s’agissait d’un mix que je n’aurais personnellement jamais essayé ; sauce blanche avec un léger goût de vin blanc, oignon tout doux et graines de maïs jaune, avec des beaux morceaux de homard on top (je suis chef à mes heures et généralement aventureuse en cuisine, mais là il m’a surpris ! ) C’était délicieux.

La prochaine assiette ma renversée, tout d’abord parce qu’il s’agit de ce que je préfère au monde, en terme de nourriture, et aussi parce que la préparation et l’aliment étaient parfaits. On parle ici d’une petite salade, avec des fines tranches de canard saisies ET un morceau de foie gras que je n’oublierai jamais ! Grillé à la perfection, caramélisé, ce morceau de foie gras aurait séduit le plus connaisseur ! C’était soyeux à l’intérieur, croquant à l’extérieur, telle une crème brûlée bien réussie. Mes invités m’ont confié qu’il s’agissait du meilleur plat qu’ils avaient dégusté durant leur voyage au Canada !

A suivi un plat à partager de porc et polenta, couvert de choux de Bruxelles sautés dans le beurre. Réconfortant et sympathique à la fois,  une cuisson de 6h rend le goût et la texture du porc savoureux.

Le chef avait d’autres plats pour nous, mais nous étions tous rassasiés. Nous avons terminé le souper avec une boisson chaude, et j’ai été sur mon petit nuage pendant 3 jours après ce repas. Le plus beau dans tout ça, c’est que c’était loin d’être mon dernier souper au Labours !

 

Publié par dans :   gastronomie Hôtel La Ferme Séjour
8 juillet 2013

Nautifest de Charlevoix

2

En fin de semaine je suis allée au Nautifest de Charlevoix. Chaque fois que je prends part à des activités du genre je constate à quel point les gens de la région sont sympathiques. L’événement se déroulait à la plage de Baie-Saint-Paul, un petit coin de paradis que j’affectionne particulièrement. Ce que j’ai apprécié le plus était la formule «démo» de la journée. Effectivement, nous avions la possibilité d’essayer différentes activités. Proche de la marina, les gens n’ayant pas peur de l’eau pouvaient faire du stand up paddle (SUP) et du kayak.

L’activé que j’ai décidé de faire était le kitesurf ! Je ne suis pas tout à fait débutante… j’en avais déjà fait quelques fois. J’ai appris qu’il y avait un club de kitesurf à l’Isle-aux-Coudres et que plusieurs personnes de la région de Charlevoix apprécient beaucoup le kitesurf ! Ils m’ont même invité à me joindre à eux pour en faire, une offre qui ne se refuse pas ! Je vous promets des photos de mon expérience en kitesurf sur le fleuve , j’ai hâte :)


Publié par dans :   Non classé
27 juin 2013

Derrière les paysages charlevoisiens

0

Je demeure à Baie-Saint-Paul depuis environ deux mois et, lorsque je retourne dans mon coin de pays, la première chose qu’on me demande est comment se déroule mon stage – pour les intéressés, j’adore l’expérience! – et quelles sont les tâches que je dois accomplir. Ensuite vient immédiatement une deuxième question : est-ce que j’aime habiter dans la région. À tous les coups, je réponds : « J’aime vraiment Charlevoix, c’est… wow! ». Wow… parce que c’est le seul mot qui arrive à capter au moins une parcelle de comment je peux me sentir lorsque je regarde les paysages idylliques de la région. Quand on pense à Charlevoix, on ne peut s’empêcher d’imaginer les magnifiques panoramas que l’on y rencontre ou encore de visualiser le fleuve Saint-Laurent qui y côtoie les montagnes impressionnantes. Entre vous et moi, juste pour la vue, ça vaut la peine d’habiter dans Charlevoix!

Mais Charlevoix n’est pas qu’une succession de paysages à couper le souffle, on y retrouve quelque chose de plus. On enlèverait le décor qu’il resterait tout de même un parfum typique du coin dans l’air. Et ce parfum, si on y porte attention, on découvre qu’il existe grâce aux habitants de la région.

Pour vous expliquer plus en détail ce dont je vous parle, laissez-moi vous raconter mon expérience au marché public de l’Hôtel La Ferme dimanche dernier.

Marché Public

Dès le début de mon stage, on m’avait informée qu’il y aurait des marchés publics à l’Hôtel réunissant producteurs et artisans locaux. À partir de ce moment, je n’ai pu m’empêcher d’avoir hâte de découvrir ces fameux événements et c’est ce dimanche que j’ai enfin pu en faire l’expérience pour la première fois.

J’arrive vers 10 h 15 à la place publique, peu de temps après l’ouverture du marché. Certains producteurs s’installent encore. Par chance, les nuages s’absentent pour la journée nous laissant ce qui pourrait être qualifié de l’une des premières journées dignes de l’été. Des clients de l’Hôtel autant que des gens de la région se promènent entre les tables et discutent avec les marchands. L’atmosphère est détendue. Les gens sont en vacances, et on le sent. Après un tour de reconnaissance, je décide de m’arrêter à tous les kiosques et de poser quelques questions à chacun des marchands, histoire de connaître un peu plus ce qu’ils font. Tout le monde prend la peine de me répondre et renchérit même avec quelques anecdotes de temps en temps. Lorsque le marchand n’est pas occupé avec un client, il prend même la peine de me questionner à mon tour en me demandant d’où je viens et ce que je fais au Massif. Chaque artisan et chaque producteur me sourit et me salue quand j’arrive devant leur table. Je sens qu’on ne tente pas de me vendre à tout prix et qu’on s’intéresse réellement à ma personne. Je finis mon tour des tables en souriant et en ayant une agréable impression d’avoir été importante, ne serait-ce qu’un instant, pour ces gens. Vous souvenez-vous du parfum charlevoisien dont je vous parlais plus tôt? Eh bien, c’est du même parfum dont il est question ici. C’est cette façon qu’ont les gens de s’intéresser à vous, même si vous êtes un inconnu. C’est cette façon qu’ils ont de nous faire sentir importants. C’est ce qui me rend heureuse – et même fière – d’habiter dans une région telle que Charlevoix.

Dimanche prochain, quand vous viendrez au marché public, faites comme moi et prenez le temps de respirer quelques instants cet agréable parfum charlevoisien. Vous découvrirez des gens intéressants et intéressés… Que peut-on demander de mieux?

Publié par dans :   Hôtel La Ferme Notre monde Séjour

Mots clés :  , , , , , , ,